Abeilles et panneaux solaires : peuvent-ils trouver un terrain d’entente ?

Abeilles et panneaux solaires : peuvent-ils trouver un terrain d'entente ?

A priori il n’y a pas de rapport direct entre l’installation de panneaux solaires dans les campagnes, qui répond à un besoin d’autonomie en énergie verte et la sauvegarde des abeilles sauvages, en voie de disparition, dans ces mêmes lieux. Le rapprochement entre l’écosystème naturel des abeilles et le fonctionnement des fermes solaires peut sembler lointain mais est bien réel selon des chercheurs du Laboratoire national d’Argonne et du Département américain de l’énergie (DOE). Comment cette cohabitation entre abeilles et panneaux solaires, si elle était effective, pourrait-elle bien fonctionner ?

Les abeilles menacées par les pesticides et la diminution des terres sauvages

 

Suite à l’urbanisation croissante de nos villes et à l’éloignement des habitants pour se loger en périphérie au meilleur rapport qualité/prix, de nouvelles constructions sont venues occuper des surfaces auparavant convoitées et colonisées par les abeilles. Cette situation est d’autant plus critique, qu’avec les nuisances chimiques des pesticides, la pollinisation spontanée des cultures assurée autrefois par les abeilles a été fortement ralentie.

Les espaces naturels près des panneaux solaires seraient adéquats pour attirer les abeilles

 

De par leur tranquillité et les caractéristiques du sol (comportant des graviers et du gazon), les terrains sur lesquels sont implantées les fermes solaires seraient accueillantes pour les insectes, notamment les abeilles. La prolifération des fleurs sauvages aux alentours encouragerait le retour des abeilles.

Des rendements prometteurs grâce aux fermes solaires et à la fréquentation des abeilles

 

Outre le retour des abeilles sauvages et le repeuplement de l’espèce, la productivité des champs agricoles adjacents aux installations serait dans le même temps améliorée, du fait d’une pollinisation globale plus performante. Les exploitants seraient donc gagnants à double titre : une énergie moins chère car autoproduite et des cultures favorisées par un nouveau voisinage volant dynamique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.