Elsa Pinelli

douche-jpg

Peut-être ne voyez-vous pas le lien direct entre l’eau qui coule dans votre douche tous les matins et votre consommation d’énergie ? Et pourtant… Afin que l’eau coule à flot, propre et à la température souhaitée, il a fallu au préalable la filtrer, la stocker, l’acheminer et la chauffer ! Au-delà du coût d’obtention et de traitement de la ressource naturelle, le coût énergétique de chaque douche s’élève à 0,28

transport-jpg

Si on écarte du champ des possibles les croisières maritimes sur des énormes immeubles flottants et les vols aériens domestiques non impératifs qui sont générateurs de pollution et de GES relativement à la distance parcourue, il reste dans la liste des possibilités les moyens de transport plutôt raisonnables. Si vous êtes un inconditionnel des destinations lointaines, vous pourrez néanmoins continuer à prendre un vol long courrier sans culpabiliser car, rapporté

chauffage-jpg

Si vous vous lancez dans des travaux ou que vous souhaitez réviser à la baisse le montant de votre facture énergétique annuelle (estimée à 1 611 € par an par ménage pour le chauffage), ce palmarès indicatif des énergies par niveau de dépenses orientera peut-être vos choix d’investissement, notamment en termes de chauffage domestique. Au rang des sources d’énergies les moins coûteuses au kWh, culminent le bois déchiqueté et le bois

cheque-energie-jpg

Expérimenté depuis 2016 sur 4 départements : l’Ardèche, l’Aveyron, les Côtes d’Armor et le Pas-de-Calais, le chèque énergie est entré officiellement en vigueur le 1 er janvier 2018 et est distribué depuis ce mois de mars partout en France métropolitaine et dans les territoires ultramarins. Il se veut juste, simple et souple. – En effet, l’éligibilité se fera sous conditions de ressources sur la base du seul foyer fiscal de référence

economies-electricite-jpg

Des petits gestes quotidiens peuvent contribuer à la réalisation d’économies annuelles d’électricité réelles et mesurables. Faisons le point sur le prix des petits équipements nécessaires par rapport aux gains attendus, en supprimant définitivement la consommation énergétique cachée (qui se chiffre à 11% de la facture d’électricité des français), c’est à dire celle induite par une mise en veille ou des branchements en continu, par définition inutiles et énergivores. Plusieurs solutions