Fact checking

Le bois-énergie est-il vraiment écologique ?

La future directive sur les énergies renouvelables (dont le bois) de l’Union européenne vient de lancer une nouvelle polémique. En effet, le bois y apparaît comme étant une ressource naturelle propre, dont les proportions d’utilisation devraient doubler d’ici 2035. Pour certains scientifiques ayant étudié son potentiel (au sens bilan carbone), cette affirmation reviendrait à nier son pouvoir polluant lors de sa combustion et inciterait même à une déforestation, menace réelle qui pèserait sur l’équilibre de notre planète. Le doute ayant été semé et l’information relayée par certains acteurs engagés, qu’en est-il véritablement du caractère écologique ou nocif du bois-énergie ?

L’impact carbone du bois-énergie serait neutre

 

En effet, un arbre absorbe au cours de sa croissance autant de CO2 qu’il en dégage pendant sa période de combustion. De plus, les émissions de GES liées à l’usage du bois comme énergie de chauffage, sont en moyenne 5 fois plus basses que celles pour les besoins de l’électricité. L’usage du bois-énergie à partir de résidus forestiers serait même vertueux par rapport à des combustibles fossiles tels que le charbon.

Le risque du 100 % bois-énergie peu plausible

 

Il est peu envisageable qu’une ruée sur le bois se généralise au niveau des Etats du fait du caractère peu lucratif de l’activité du bois destiné à la combustion. Sa destination pour les meubles ou la charpente serait économiquement plus attractive. De plus, les forêts européennes ne cessent de croître sans être accompagnées en parallèle d’une hausse de la surface dédiée aux bioénergies. La probabilité d’une reconversion sans limite vers le bois en tant qu’énergie est donc plutôt faible.

Pour une combustion du bois-énergie raisonnable

 

Pour avoir une démarche écologique, le recours au bois-énergie doit répondre à certaines conditions :

– Les fournisseurs de bois doivent être autant que possible locaux pour ne pas dégrader l’impact environnemental du fait de ce choix énergétique.
– La vétusté des installations (cheminées, inserts, poêles) peut être à l’origine de l’émission de particules fines, d’où l’intérêt d’entretenir ou de moderniser ses équipements.
– Enfin, des labels existent pour attester de la durabilité du bois utilisé (1 arbre coupé, 1 arbre replanté).

À propos de l'auteur

Ségolène est rédactrice web sur L’Energie en Questions. Avec une expérience de plus de quinze ans dans le secteur informatique, Ségolène a occupé successivement les postes de chargée de suivi commercial, contrôleur de gestion, contrôleur interne et enfin business analyst au sein du département Marketing. Des métiers qui lui m’ont permis d’être à l’aise avec les chiffres, de faire preuve d’esprit de synthèse et de pédagogie. L’écriture a toujours été présente en fil rouge dans ses missions quotidiennes, pour vulgariser les concepts et transmettre les messages aux bonnes personnes, au bon moment.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer