Combien ça coûte ?Energies fossilesEnergies renouvelablesGazPétroleRéseaux et StockageVie pratique

Chaudières au fioul domestique : pourquoi et comment en changer ?

À l’approche de l’hiver, un chauffagiste viendra probablement vérifier votre installation de chauffage. Surtout si vous utilisez une chaudière au fioul. En novembre 2018, le gouvernement annonçait vouloir arrêter leur commercialisation d’ici à 2028. Entre protestation des professionnels et ambition écologique, les ménages risquent de payer les pots cassés…. Alors pourquoi et comment passer d’une chaudière au fioul à un autre système de chauffage ?

Les raisons d’une disparition programmée

Le fioul est un dérivé du pétrole. Une fois raffiné, l’or noir est transformé en kérosène, en essence ou en fioul domestique. En tant qu’énergie fossile, le fioul n’est pas renouvelable et génère une importante pollution, notamment par sa combustion. Malgré tout, plus de trois millions de ménages français l’utilisent encore pour se chauffer. Cet attachement au fioul provient aussi de son coût réputé assez faible. Seul le gaz de réseau serait moins cher, de l’ordre de 15 à 20 %, d’après Frédéric Plan, délégué général de la Fédération française des combustibles, carburants et chauffages.

Selon le portail « PicBleu », la fin du fioul domestique est cependant plus que souhaitable. Les fuites pollueraient les sols au point de les rendre infertiles et contamineraient la faune présente dans les cours d’eau. Des méfaits sur l’environnement que contestent les fabricants de chaudières. Ces derniers s’efforceraient en effet de les rendre moins polluantes. Frédéric Plan évoque ainsi la possibilité d’incorporer immédiatement jusqu’à 30 % d’esther méthylique de colza dans le fioul pour le rendre moins polluant au même prix.

Quel système pour remplacer les chaudières au fioul ?

Face à l’inquiétude des ménages qui devront se séparer de leur système au fioul, l’État propose désormais une prime à la conversion des chaudières. Cependant, toutes les alternatives ne se ressemblent et ne se valent pas. L’installation d’une chaudière à gaz fait partie des solutions plébiscitées par les Français. Les prix du gaz étant très attractifs, cette source d’énergie pourrait séduire de nombreux ménages. Le coût de l’installation s’avère, de plus, raisonnable : de 1 500 à 4 000  euros, selon l’ADEME. Problème : tout le territoire français n’est pas couvert par le réseau GRDF. Plusieurs millions de foyers ne peuvent donc pas se tourner vers le gaz.

Autre solution : les chaudières à bois. Ce combustible serait deux à trois moins cher que les autres sources d’énergie, selon l’ADEME, en plus d’être peu polluant. Les chaudières à bois semblent donc incarner une bonne alternative au fioul. Mais le stockage des bûches ou des granulés peut constituer un inconvénient. Sans oublier le coût de l’installation, oscillant entre 15 000 et 20 000 euros, d’après l’ADEME.

Parmi les autres modes de chauffage, les pompes à chaleur (PAC) ont également la côte. Leur installation s’inscrit dans la volonté de réduction de l’empreinte carbone. Le coût est lui aussi élevé, entre 10 000 et 15 000 euros (source : ADEME). Le principal avantage est la diversité des systèmes de PAC, chacune aux atouts différents. Facile d’installation, les PAC aérothermiques captent l’air extérieur pour chauffer l’air intérieur ou l’eau. Plus compliquée à installer, la PAC géothermique utilise l’énergie de la Terre pour produire de la chaleur. La PAC eau/eau qui utilise, quant à elle, l’énergie des nappes phréatiques. Elle est également difficile d’installation, mais la plus performante de toutes, d’après le guide M-Habitat.

Quoi qu’il arrive, se séparer de sa chaudière au fioul demande un certain investissement. Il est nécessaire d’étudier le pour et le contre de chaque solution en fonction du lieu d’habitation. Les éventuelles aides de l’État (prime à la conversion, crédit d’impôt, TVA à 5.5 %, etc.) et des collectivités constituent autant de leviers supplémentaires pour obtenir une rentabilité sur le long terme.

À propos de l'auteur

Journaliste en formation, Etienne Cholez s'intéresse de près aux innovations créées pour trouver des solutions aux enjeux énergétiques et climatiques de demain. Il n'en oublie pas pour autant sa passion pour le sport. C'est en tant que rédacteur web qu'Etienne Cholez essayera d'apporter des réponses concrètes à toutes vos questions.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer