Combien ça coûte ?Vie pratique

Climatisation : faut-il apprendre à s’en passer ?

Avec l’épisode de canicule qui s’abat actuellement sur la France, la tentation est forte de s’équiper d’appareils de climatisation pour générer de la fraîcheur. L’utilisation d’une clim’ n’est toutefois pas sans conséquence sur la facture d’électricité, ni sur l’environnement. Alors va-t-on bientôt devoir faire sans ? Comment s’en passer ?

200 euros de surcoût par mois d’utilisation

En cette fin du mois de juin, l’Hexagone s’apprête à battre de nombreux records de chaleurs. Dans plusieurs grandes villes françaises, le mercure promet de dépasser les 40 degrés, avec un ressenti annoncé parfois proche des 50 degrés. Face à cette menace, les ventes de climatiseurs devraient bondir malgré leur coût élevé. D’après le comparateur énergétique Selectra, l’utilisation d’une clim’ six heures par jour pendant un mois entraînerait un surcoût moyen de 200 euros, prix d’achat non compris. Et rien que quatre heures d’utilisation par jour feraient augmenter la consommation d’électricité de 15 %. Quand on sait que beaucoup laissent tourner la clim’ toute la nuit… En comparaison, un ventilateur consommerait 12 fois moins d’électricité (37,8 kWh contre 449 kWh) qu’un climatiseur pour six heures d’utilisation pendant 30 jours, selon une étude de Selectra. D’où un surcoût près de 40 fois moins élevé pour l’usager (5,48 euros contre 200 euros par an).

5,6 milliards de climatiseurs d’ici 2050…

Ce surcoût énergétique représente une menace majeure sur l’environnement en raison des grandes quantités de CO2 émises par les appareils de climatisation. Avec le réchauffement climatique et la hausse du niveau de vie dans les pays en développement, leur utilisation devrait exploser dans les prochaines années . L’inquiétude est particulièrement grande en Chine, en Inde ou en Indonésie, où le marché de la clim’ est en plein boom. S’ils venaient à être autant équipés qu’aux États-Unis, au Japon et en Corée du Sud, ces trois pays feraient l’effet d’une véritable bombe énergétique pour la planète. Tandis que près de 90 % d’Américains, de Japonais et de Sud-Coréens disposent d’un ou plusieurs appareils d’air conditionné, seuls 5 % des Indiens et 9 % des Indonésiens en disposent actuellement. Et en Chine, les ventes seraient déjà huit fois plus importantes qu’aux États-Unis. De quoi multiplier par 3,5 le nombre total de climatiseurs dans monde d’ici 2050 (d’1,6 à 5,6 milliards d’unités), selon les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie (AIE)

Les bonnes pratiques en matière d’aération

À elle seule, la clim’ compterait pour 10 % de la consommation électrique mondiale, d’après l’AIE. La surchauffe engendrée augmenterait la température dans les villes d’1 à 1,5 degré en moyenne, accentuant encore plus la demande en…climatisation ! Pour briser ce cercle vicieux, certaines bonnes pratiques permettent de faire l’économie de ces appareils très énergivores. La principale recommandation revient à optimiser l’aération naturelle de l’habitat en fermant les volets pendant la journée et en ouvrant les fenêtres pendant la nuit. De même, pensez à limiter l’utilisation d’appareils chauffants durant les heures chaudes. Autres astuces pour absorber la chaleur et diffuser de la fraîcheur : installer des plantes vertes dans l’espace de vie ou faire sécher du linge très humide à l’intérieur. Si cela ne suffit pas, préférez l’achat d’un ventilateur à celui d’un climatiseur. Et si vous estimez ne pas avoir le choix, optez plutôt pour des modèles énergétiquement performants, comme les appareils réversibles. À utiliser avec modération !

À propos de l'auteur

Camille Vandendriessche est rédacteur en chef et directeur de publication sur L’Energie en Questions. Journaliste indépendant dans la presse sportive, il écrit également depuis plus de trois ans sur la thématique de l’énergie. Diplômé d’écoles de journalisme en France et aux États-Unis, il décrypte l’actualité à travers des articles d’analyse et des sujets aux angles originaux.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer