Comment créer de l’énergie grâce au tri de médicaments ?

Comment créer de l'énergie grâce au tri de médicaments ?

Les médicaments non utilisés (MNU) stockés à la maison peuvent être collectés via le réseau des pharmacies françaises, qui les transmettent à l’association de valorisation Cyclamed. La partie des emballages sera recyclée pour produire à nouveau de la matière, ce qui générera automatiquement de l’énergie. Comment chacun peut-il, à chaque étape, contribuer à optimiser cette collecte vertueuse pour la santé et l’environnement ?

 

Les quantités de médicaments sont plus adaptées, ce qui économise de l’énergie à la source

 

Que ce soient les médecins qui ont revu à la baisse le nombre de médicaments prescrits aux patients ou l’industrie pharmaceutique qui a rationalisé les conditionnements de ses produits, la conséquence directe est une réduction du volume de MNU conservés chez soi.

Les citoyens français ont adopté progressivement le réflexe de recycler leurs médicaments

 

L’étude réalisée par l’institut de sondage BVA en février 2016 a publié que « plus des trois quarts des français (80%) avaient déclaré rapporter leurs médicaments non utilisés (MNU) chez le pharmacien ». Ceux-ci ne sont plus destinés à des organismes humanitaires mais bien destinés à l’incinération.
Triés par typologie, les cartons sont acheminés vers l’une des 128 usines d’incinération de l’Hexagone, où ils sont détruits dans des unités de valorisation énergétique, respectueuses des standards environnementaux. L’énergie générée pour l’occasion, permet ainsi d’assurer le chauffage de 7000 logements en France.

 

Quelle énergie : 22 182 officines de France sont mobilisées pour récupérer les médicaments non utilisés !

 

Les enjeux sanitaires du processus de tri des médicaments via le réseau Cyclamed sont de taille car ils évitent les accidents domestiques impliquant de jeunes enfants et les erreurs de prise liés à des produits périmés ou inadaptés.

Des progrès restent néanmoins à faire pour sensibiliser le reste de la population à adhérer à la démarche, à éviter les produits cosmétiques et compléments alimentaires non concernés et à accroître le recyclage du carton associé. Cette obligation légale de chaque pharmacien est une occasion pour chacun d’œuvrer simplement et efficacement pour la planète !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.