ActualitésVie pratique

Comment s’adaptent les aires d’autoroutes aux véhicules électriques ?

Si en tant qu’automobiliste, vous fréquentez les aires d’autoroutes, vous avez probablement déjà noté la présence de bornes pour recharger les batteries des voitures électriques ! Elles se multiplient en suivant la tendance de ces véhicules “zéro émission” et ce n’est qu’un début… Leur apparition en dehors des centres-villes s’explique essentiellement par une plus grande autonomie qui rallonge mécaniquement la distance des parcours. Du coup, les aires d’autoroutes ont dû s’équiper pour répondre à ce nouveau besoin. De quels moyens se sont-elles dotées pour s’aligner sur le fonctionnement de ces véhicules propres ?

Des bornes régulières sécurisent les usagers des autoroutes

Une distance maximale de 80 km entre deux aires équipées est l’engagement du réseau Corri-Door, qui regroupe plusieurs acteurs du dispositif. L’objectif consiste à assurer un niveau de service constant sur les grands axes autoroutiers. Les aires équipées disposent de bornes de recharge rapide, compatibles avec tous les types de prises du marché : ChaDeMo, Combo, II/CCS, AC triphasé et prise domestique E/F. De plus, EDF-Sodretel exploite la plupart des bornes, même si celles que proposent Tesla, Nissan ou certains pétroliers sont encore spécifiques.

Les aires d’autoroutes équipées de bornes s’affichent !

L’Association des Sociétés Françaises d’Autoroutes et d’ouvrages à péage (AFSA) publie sur son site une carte où figurent tous les points représentant les 184 aires en France en service (et les 14 en projet). Ainsi, les conducteurs peuvent planifier sereinement leur trajet. Les déplacements en voiture électrique conviennent désormais non seulement aux déplacements régionaux mais aussi aux trajets nationaux, moyennant des haltes régulières pour une pause énergétique !

Sur autoroute : le système dépend du temps de recharge

Avec 30 mn de temps de recharge moyen, la rotation des véhicules qui se succèdent aux bornes a ses limites. Soit l’espace dédié deviendra extensible pour servir plus de clients, soit il faudra accepter que recharger une batterie électrique durera 6 fois plus longtemps que faire un plein d’essence. Quoi qu’il en soit, à ce jour, le phénomène de file d’attente ne se produit pas encore car les mentalités mettent du temps à évoluer. Reste aussi aux sociétés d’autoroute de prévoir les équipements spéciaux pour les dépanneuses afin de garantir à leurs usagers un trajet toujours fluide.

About Author

Ségolène est rédactrice web sur L’Energie en Questions. Avec une expérience de plus de quinze ans dans le secteur informatique, Ségolène a occupé successivement les postes de chargée de suivi commercial, contrôleur de gestion, contrôleur interne et enfin business analyst au sein du département Marketing. Des métiers qui lui m’ont permis d’être à l’aise avec les chiffres, de faire preuve d’esprit de synthèse et de pédagogie. L’écriture a toujours été présente en fil rouge dans ses missions quotidiennes, pour vulgariser les concepts et transmettre les messages aux bonnes personnes, au bon moment.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer