Vie pratique

Eclairage : pourquoi recycler ses ampoules ?

Assurer une seconde vie à nos vieilles ampoules cassées ou démodées n’est pas encore un réflexe. Pourtant, ce geste éviterait à la planète de crouler sous des composants nocifs. Les enjeux ? Des dizaines de millions de lampes qui arrivent en fin de vie chaque année. Des associations mobilisées pour cette cause font campagne pour rappeler les bonnes pratiques. Elles s’adressent aux particuliers, comme aux professionnels, dans un contexte de transition énergétique. Quelques explications sur la nécessité de passer de la prise de conscience au passage à l’acte éclairé !

De nombreux dispositifs de collecte d’ampoules usagées

Comme pour les piles, des bacs de tri pour les ampoules sont disponibles dans les GSS, supermarchés ou déchèteries. Cela découle de l’obligation pour les distributeurs de reprendre gratuitement les ampoules dans la limite des quantités achetées. Les anciens arguments sont désormais guère entendables en centre-ville : “je ne savais pas où les jeter” ou “le point de collecte est loin de chez moi”. La facilité offerte à chacun de participer à ce geste éco-solidaire constitue une motivation pour se débarrasser des ampoules.

Recycler les ampoules pour économiser de la matière et de l’énergie

Constituées de verre et de métaux, les lampes se recyclent à près de 90 % de leur poids. Par exemple, en réutilisant des tubes fluorescents existants, la consommation d’énergie pour atteindre la température de 1 000°C normalement requise sera évitée. De même, le verre des lampes sert à la fabrication d’abrasifs tels le papier de verre ou la laine de verre.

Offrir une seconde vie aux ampoules, c’est protéger la planète

L’organisme à but non lucratif, Recylum, prend en charge de la collecte, de la dépollution et du recyclage des lampes, des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) professionnels et des petits extincteurs. Il veille à la neutralisation des composants dangereux comme le mercure.

À propos de l'auteur

Ségolène est rédactrice web sur L’Energie en Questions. Avec une expérience de plus de quinze ans dans le secteur informatique, Ségolène a occupé successivement les postes de chargée de suivi commercial, contrôleur de gestion, contrôleur interne et enfin business analyst au sein du département Marketing. Des métiers qui lui m’ont permis d’être à l’aise avec les chiffres, de faire preuve d’esprit de synthèse et de pédagogie. L’écriture a toujours été présente en fil rouge dans ses missions quotidiennes, pour vulgariser les concepts et transmettre les messages aux bonnes personnes, au bon moment.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer