Comment mesurer une économie d’énergie ?

economie-energie-jpg

Une économie, quelle que soit la ressource (financière, naturelle ou énergétique), se définit par une absence de consommation ou une consommation réduite. Elle est donc difficilement palpable, estimable ou visible par des moyens scientifiques.

D’un côté, on approche de la notion d’économie réalisée en évaluant les écarts constatés entre deux périodes, deux pratiques ou deux utilisateurs.

De l’autre, l’économie potentielle se calcule a priori en fonction de métriques standardisées.

Les économies énergétiques s’apprécient dans un contexte où les conditions climatiques, modes d’utilisation et perceptions subjectives de la chaleur ou du froid sont comparables entre elles. Or la réalité est tout autre.

En effet, des facteurs exogènes rendent les comparaisons peu pertinentes : dysfonctionnement ou dérèglement d’appareils, variation du nombre d’occupants ou de visiteurs, taux d’activité en fonction de la saison ou de la situation économique…

La difficulté réside donc dans la capacité à identifier les paramètres exceptionnels venant fausser la vision générale de l’économie. La neutralisation en est ainsi facilitée.

Elle peut être réalisée manuellement et avec une marge d’erreur par les gestionnaires d’exploitation ou de bâtiments.

Des outils statistiques normés existent également quand la combinaison de facteurs imbriqués devient trop complexe à analyser.

Ce qui fera l’arbitrage entre la méthode artisanale et approximative et celle scientifique, par essence plus fiable, sera le budget à allouer à la démarche par rapport aux enjeux : montant de la facture, nombre et taille des bâtiments, hétérogénéité du parc immobilier…

Pour les particuliers, des simulateurs gratuits sont accessibles sur internet, détaillant le potentiel d’économies à réaliser en fonction des caractéristiques du logement (type, surface, date de construction, matériaux, nombre d’ouvertures, hauteur de plafonds…).

En synthèse, il s’agit de faire en sorte que l’économie calculée ou prévue ne soit pas gommée par des surcoûts du fait de nouveaux investissements (logiciel spécifique, ressources dédiées…) ou d’équipements surdimensionnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.