Combien ça coûte ?Energies fossilesGazVie pratique

Électricité et gaz : qui pourra encore payer la facture ?

Alors que les chèques énergie sont distribués à 5,8 millions de ménages français depuis le 25 mars, le nombre de factures de gaz et d’électricité impayées est reparti à la hausse en 2018, selon le Médiateur national de l’énergie. Dans son rapport annuel rendu public le 21 mars, Jean Gaubert indique en effet que le total d’interventions des fournisseurs d’énergie a augmenté de 4,2 % par rapport à 2017. Un constat quelque peu surprenant vu que ce nombre avait baissé de 10 % l’année précédente, mais préoccupant sachant que la situation devrait encore s’aggraver. Le 22 mars, le gouvernement a confirmé l’augmentation du prix de l’électricité de 5 à 6 % d’ici le mois de juin. De quoi se demander qui, demain, pourra encore s’éclairer et se chauffer convenablement en France ?

Précarité énergétique : un fléau national

En 2018, les fournisseurs de gaz et d’électricité auraient procédé à 572 440 coupures ou limitations de puissance suite à des impayés au cours de l’année. 477 349 de ces interventions portaient sur la facture d’électricité et 95 091 sur celle de gaz naturel. Par rapport à 2017, cela représente une hausse de 4,9 % pour les impayés d’électricité et de 0,8 % pour le gaz. À l’approche de la fin de la trêve hivernale, qui protège de toute coupure entre le 1er novembre et le 31 mars, plusieurs dizaines, voire centaines de milliers de familles supplémentaires pourraient, elles aussi, se voir privées de gaz ou d’électricité.

Organisée du 25 mars au 29 avril 2019, la distribution du chèque énergie ne devrait pas changer grand-chose. Bien qu’élargi à 5,8 millions de foyers (contre 3,6 millions l’an dernier) et majoré jusqu’à 277 euros pour les plus modestes, ce dispositif d’appoint ne règle pas à lui seul les problèmes d’isolation. Malgré les programmes d’aide à la rénovation, la France compterait encore 7 à 8 millions de passoires énergétiques. 15 % des Français souffriraient ainsi du froid et 30 % restreindraient leur consommation de chauffage, selon le Médiateur de l’énergie.

Quelles solutions pour pallier la hausse des prix de l’électricité ?

Et ce fléau ne devrait pas se résorber de sitôt… Le 22 mars, François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, a confirmé la hausse des tarifs réglementés de l’électricité « autour de 5 ou 6 % », qui devrait prendre effet en juin. Cette augmentation, proposée par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) en janvier 2019, devrait s’appliquer aux 25 millions ménages abonnés au « Tarif bleu » d’EDF. Provoquera-t-elle une ruée vers les autres fournisseurs, qui ont déjà grignoté 22 % du marché résidentiel depuis l’ouverture à la concurrence en 2007 ? « Il y a d’autres offres [que le tarif régulé] et les Français peuvent choisir maintenant pour la fourniture du gaz et de l’électricité », a précisé François de Rugy, comme pour encourager l’offre de marché.

Pour pallier l’augmentation annuelle des tarifs réglementés et de la précarité énergétique, de plus en plus de particuliers souhaiteraient modifier leur mode de consommation. D’après une récente étude de l’Observatoire société et consommation, 90 % des personnes interrogées seraient prêtes à réduire leur consommation d’énergie. 73 % déclarent même vouloir devenir autonomes énergétiquement. Pour ce faire, six Français sur dix se disent prêts à aller vivre ailleurs, une proportion qui s’élève même à 72 % parmi les habitants de l’agglomération parisienne. Mais changer de lieu de vie n’est pas forcément à la portée de tous. Alors pour aider les ménages en grande difficulté financière, Jean Gaubert propose de mettre en place un « fournisseur de dernier recours » afin d’alléger leurs factures de gaz et d’électricité.

À propos de l'auteur

Camille Vandendriessche est rédacteur en chef et directeur de publication sur L’Energie en Questions. Journaliste indépendant dans la presse sportive, il écrit également depuis plus de trois ans sur la thématique de l’énergie. Diplômé d’écoles de journalisme en France et aux États-Unis, il décrypte l’actualité à travers des articles d’analyse et des sujets aux angles originaux.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer