Eolien offshore vs flottant : y a-t-il de la place pour deux sur le marché ?

eolien-flottant-jpg

Pour schématiser, il est courant de dire que l’éolien posé ou ancré dans les fonds marins est directement inspiré de l’éolien terrestre, à un détail près, c’est qu’il a les pieds dans l’eau ! A la différence de son cousin nouvelle génération, qui n’a pas encore fait ses preuves, mais qui lui, sera maintenu en surface grâce à des flotteurs et ce, même au large des côtes.

Malgré une implantation géographique très ciblée et une installation souvent longue et complexe, l’éolien offshore reste la valeur sûre :

> La stabilité de la structure rend l’installation pérenne et peu risquée,

> La génération d’électricité, via des turbines entraînées par le vent, fonctionne déjà parfaitement bien.

Mais le nouveau potentiel énergétique associé à l’éolien flottant semble séduisant :

> Une puissance inégalée jusqu’alors, grâce à une prise au vent décuplée loin des côtes,

> Une baisse tarifaire, du fait de l’effet volume, qui pourrait impacter positivement le marché,

> La contrainte de la profondeur est écartée car l’installation supporte une hauteur d’eau entre 50 m et 300 m sous la surface,

> Sa mise en place peut commencer dans le port et se finaliser au large grâce à un remorqueur,

> Enfin, son éloignement des baies réduit les nuisances visuelles, souvent pointées du dos avec l’éolien offshore.

Toutefois, à ce stade, persistent encore des inconnues qui planent sur le devenir et les performances du petit nouveau de la famille de l’éolien :

> Quelle sera la résistance à l’usure pour les matériaux de l’éolienne qui seront chahutés sans cesse par les vagues ?

> La stabilité du flotteur sera-t-elle suffisante pour préserver le mât fragile de l’éolienne ?

En clair, quels seraient le coût et la nature des réparations ou remplacement à envisager en cas d’endommagement de l’installation ?

Quel que soit le type d’éoliens, on retrouve dans chaque technique une énergie renouvelable, inépuisable et décarbonée. Selon les prévisions, l’énergie éolienne en mer pourrait peser en 2030 11,3% de l’électricité produite en Europe, du fait de l’ampleur de son exposition maritime.

Pour en savoir davantage sur la viabilité de l’éolien flottant, un projet intitulé « Les éoliennes flottantes du golfe du Lion » a vu le jour en Méditerranée, portée par ENGIE, EDP Renewables, Caisse des Dépôts et Eiffage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.