Les fumées rejetées par les tours des centrales nucléaires sont-elles nuisibles ?

nucleaire-jpg

Que penser des fumées blanches qui s’échappent à la verticale et qui témoignent de l’implantation de centrales nucléaires dans le paysage ?

En tant que novices, nous aurions tendance à nous méfier de ce qui côtoie les réacteurs des centrales nucléaires pour les particules toxiques voire dangereuses qui peuvent en émaner.

Mais il s’avère que les 58 réacteurs des centrales nucléaires françaises (répartis sur 19 sites), qui font partie de la filière des Réacteurs Eau sous Pression (REP), ne produisent aucune fumée lors de la combustion ou plus exactement de la fission de l’uranium.

Vapeur d’eau

Il s’agit en fait de l’eau, utilisée dans un circuit secondaire pour refroidir les turbines, qui se transforme en vapeur d’eau avant d’être en partie évacuée.

En effet, la hauteur de ces tours aéroréfrigérantes (jusqu’à 170 m) générant un phénomène naturel de courants d’air, favorise un rafraîchissement rapide de l’eau très chaude qui retourne in fine majoritairement à sa mission initiale.

L’eau refroidie retombe alors en pluie dans une piscine ou un bassin d’eau. Seule la partie restant à des températures extrêmement élevées remonte à l’intérieur des larges cheminées sous forme de mini-gouttelettes qui s’évaporent dans l’atmosphère.

Idéalement, c’est la proximité de rivières ou de fleuves qui permet à ce type de circuit de refroidissement de bien fonctionner, sans risque de surchauffe grâce à un réapprovisionnement hydraulique régulier (en sachant qu’en moyenne 1 à 2 % de la quantité d’eau de départ est perdue).

Aucun danger

Si certains maudissent ces fameuses fumées blanches qui dénaturent parfois le panorama de nos campagnes, elles ne doivent donc pas pour autant être assimilées à de la pollution.

S’agissant simplement d’un air humide, les fumées blanches tant controversées n’ont heureusement aucun caractère radioactif. Concernant les éventuels dégagements de fumée d’une autre nature (ex : incendie), ils sont immédiatement identifiés et traités par les équipes de sécurité de chaque site et par les pompiers de la zone : il n’y a donc pas de confusion possible !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *