Energies fossilesVie pratique

Internet : comment faire des recherches moins énergivores ?

Savez-vous quelle quantité d’énergie vous utilisez depuis votre ordinateur ou votre tablette quand vous consultez internet ? L’impact n’est pas neutre car chaque nouvelle demande envoie le message à des fermes situées à l’autre bout de la planète pour exaucer vos souhaits dans un délai record. De plus en plus, chacun d’entre nous n’est plus prêt à renoncer à une réponse immédiate ou à se rabattre sur le dictionnaire pour des questions de culture générale. Mais à l’ère de la transition énergétique, comment chaque internaute peut-il agir à son niveau pour réduire son empreinte écologique ?

Deux requêtes sur internet valent 1 thé chaud !

Sur le plan énergétique, le CO2 dégagé lors de deux navigations sur internet équivaut à un thé chaud préparé avec une bouilloire. Ces calculs sont le fruit des savants travaux d’Alex Wissner-Gross, physicien à l’Université de Harvard. L’empreinte écologique est causée par la dépense énergétique en électricité des utilisateurs finaux et des fermes dédiées. Ensuite, c’est le CO2 induit qui occasionne des GES (dont 2% au niveau mondial sont à imputer au fonctionnement d’internet). Pour chaque recherche unitaire, la dépense standard est multipliée par 10 si la page web contient une vidéo ou des images complexes.

De nouvelles technologies liées à internet aggravent la tendance

Le “Cloud” ou mode d’hébergement des données est particulièrement énergivore du fait de l’espace de stockage nécessaire. La mise à disposition de vidéos en ligne et les sauvegardes ont conduit à la construction de data centers démesurés. Ceux-ci dénaturent le paysage et consomment à la mesure des nouveaux besoins créés par le monde du numérique.

Comment ne pas culpabiliser en utilisant internet ?

– De nouveaux moteurs de recherche, s’engageant pour la planète, ont vu le jour. Ecosia en est un exemple moderne et durable. Ce site s’engage à replanter des arbres à chaque recherche et ses serveurs sont alimentés avec de l’énergie 100% renouvelable.
– Pour nuancer ces constats, les défenseurs d’internet rappellent les nuisances des anciennes pratiques polluantes que le web a en partie supplantées : envoi de courrier postal, presse et articles imprimés, déplacement physique systématique en voiture

Notre appétence pour le monde virtuel a bel et bien des effets sur l’équilibre de notre vie réelle. Internet va donc devoir se réinventer.

À propos de l'auteur

Ségolène est rédactrice web sur L’Energie en Questions. Avec une expérience de plus de quinze ans dans le secteur informatique, Ségolène a occupé successivement les postes de chargée de suivi commercial, contrôleur de gestion, contrôleur interne et enfin business analyst au sein du département Marketing. Des métiers qui lui m’ont permis d’être à l’aise avec les chiffres, de faire preuve d’esprit de synthèse et de pédagogie. L’écriture a toujours été présente en fil rouge dans ses missions quotidiennes, pour vulgariser les concepts et transmettre les messages aux bonnes personnes, au bon moment.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer