Jour du dépassement écologique de la France : date symbolique ou mauvaise note ?

Jour du dépassement écologique de la France : date symbolique ou mauvaise note ?

Le calcul du jour de dépassement écologique calé sur le rythme français est la date dans l’année, en l’occurrence le 5 mai 2018, à partir de laquelle l’humanité commencerait à consommer plus qu’elle est en mesure de produire ou de se fournir par elle-même, si tous les pays étaient alignés sur le niveau et le rythme actuels de consommation de la France.

Nous aurions besoin exactement de 2,9 terres pour subvenir à nos besoins en ressources car au bout de 124 jours écoulés nous en sommes déjà à 100% de réserves absorbées.

Au niveau planétaire, la date de dépassement 2017 avait été évaluée au début du mois d’août.

La France, mauvaise élève

En comparaison, la situation française paraît donc plus critique que la moyenne mondiale, puisque la date propre à la France a 3 mois d’avance sur l’échéance planétaire qui devrait, dans un monde idéal et sobre, se rapprocher autant que possible du mois de décembre…

Au delà des constats qui peuvent paraître alarmants mais qui remontent au début des années 70, que signifie ce signal de surchauffe ou de consommation déraisonnable ?

> Le budget des ressources naturellement disponibles (nourriture, eau, forêts, énergie…) est dépassé (c’est ce que l’on appelle un déficit pour une administration ou une faillite pour une entreprise !)

> Le volume de CO2 dégagé est supérieur à celui du CO2 recyclé (les forêts existantes et les nouvelles plantations ne compensent pas les émissions de gaz à effet de serre)

> Le défi environnemental est d’autant plus fort qu’une régression générale en termes de confort ou de bien-être en France paraît peu envisageable.

Pour faire reculer ce curseur temporel indicatif, il est urgent d’œuvrer pour réduire le gaspillage en changeant les modes de vie car les ressources sont par définition limitées et la nature a besoin d’un temps incompressible pour les renouveler ou les régénérer.

Plus que jamais, la citation attribuée à Antoine de Saint-Exupéry tombe à point nommé : « nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants ».

La nécessité d’un désendettement écologique semble bel et bien se profiler…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *