La climatisation alimentée par l’eau de mer : une piste vertueuse pour faire des économies ?

La climatisation alimentée par l'eau de mer : une piste vertueuse pour faire des économies ?

La centrale Thassalia développée par Engie et installée à Marseille a la particularité d’utiliser l’eau de mer pour réchauffer ou refroidir les circuits d’eau destinés au chauffage, à l’eau chaude sanitaire et à la climatisation des bâtiments situés du quartier d’Euroméditerranée.

Quel est le principe de fonctionnement de Thassalia avec l’eau de mer ?

 

Elle alimente des échangeurs thermiques reliés aux thermofrigopompes (TFP) et aux groupes froids. A partir de l’eau de mer puisée à 7 mètres de profondeur, ils fournissent des calories pour chauffer l’eau douce quand les températures baissent et des «frigories» pour la rafraîchir quand le mercure grimpe. La couverture est actuellement de 160 000 m2 et pourra atteindre à pleine puissance 500 000 m2, une fois que les travaux sur le réseau d’alimentation seront achevés. La zone desservie par cette énergie marine comprend un centre commercial, un hôtel, une zone tertiaire et des logements.

Les impacts positifs en termes de consommation d’eau et d’énergie sont bien réels

 

Le bilan énergétique de Thassalia est simple : pour 100% d’énergie livrée en chaud ou en froid, elle consomme en énergie primaire 25% d’électricité et 5% de gaz. Par différence, on peut en déduire que 70% de l’énergie mise à disposition en ville est donc issue de la mer. L’eau est ensuite rejetée dans le port avec un différentiel de 5°C maximum.

Quelles perspectives pour Thassalia ?

 

L’ouvrage dont le coût se chiffre à 35 millions d’euros, dont 7 à la charge des collectivités, de l’ADEME et de l’Europe devra prouver son bien-fondé en capitalisant sur ses économies de fonctionnement. Mais Thassalia n’a pas encore dit son dernier mot : une nouvelle thermo-frigo-pompe deux fois plus performante sera implémentée d’ici 2019 et le réseau prolongé pour étendre son rayonnement local.

 

Dans les zones urbaines avec une forte densité de population et situées à moins de 100 kms des côtes, les énergéticiens seront de plus en plus tentés par des investissements dans ces énergies alternatives. Depuis le dernier trimestre 2017, EDF a déjà rejoint Engie à Marseille avec Massiléo sur le terrain de la thalassothermie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.