Le nucléaire est-il vraiment moins cher ?

Le nucléaire est-il vraiment moins cher ?

Le débat sur les coûts directs et indirects du nucléaire est plus que jamais au cœur de l’actualité.

Le coût facial du mégawattheure (42 €) produit par le nucléaire défie apparemment toute concurrence

 

C’est la position affichée par la Société française d’énergie nucléaire (SFEN) qui estime qu’aucun nouveau moyen de production ne peut rivaliser dans les 20 prochaines années avec le coût de production sur la période des tranches nucléaires en fonctionnement (évalué par leurs soins à 33 €). Pour autant, si les installations que sont les centrales, ont déjà quasiment été toutes amorties dans la durée…

… Il convient d’intégrer des coûts cachés à l’analyse pour avoir une vision plus juste

 

En effet, les frais de démantèlement des centrales vétustes et d’enfouissement des matières radioactives sont encore flous et le manque de recul sur ces opérations ne facilite pas les chiffrages. D’où la phrase récente prononcée par Nicolas Hulot : « La filière nucléaire nous emmène dans une dérive. (…) ; On voit bien que le coût de l’énergie nucléaire ne cesse de monter en même temps que le cout des énergies renouvelables est en train de dégringoler ».
De plus, si la France réduit la voilure au niveau du nucléaire au profit des énergies renouvelables (de 71,5% actuellement versus 50% la cible), les économies d’échelle réalisés sur de plus petits volumes seront moins applicables.
Enfin, de futurs investissements, par définition méconnus car liés à la rénovation et au maintien en état de réacteurs existants ou au développement du « nouveau nucléaire » (EPR et réacteurs de nouvelle génération), sont à prendre en compte dans l’estimation d’un coût global de l’énergie électrique fournie par le nucléaire.

L’appréhension du coût du nucléaire ne peut donc pas se faire de manière isolée, à un instant T, mais plutôt sur la base de données prédictives et comparées aux énergies alternatives pour lesquelles les coûts (dont celui du stockage) sont encore fluctuants et indéterminés à ce jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.