Le Portugal : un voisin plein d’énergie… verte !

Le Portugal : un voisin plein d'énergie… verte !

Fort de ses investissements réalisés depuis les années 2000, le Portugal a atteint une performance remarquable sur le plan des énergies renouvelables : le pays produit désormais près de 60% de son électricité avec de l’énergie propre. Au mois de mars dernier, il s’est même surpassé en générant une quantité d’énergie renouvelable, issue principalement d’éoliennes et de barrages hydroélectriques, supérieure de 3,6% à ses propres besoins. Mais comment a-t-il pu parvenir à de telles prouesses alors qu’en 2017 la part en électricité verte produite n’était que de 6% ?

L’une des spécificités du Portugal, liée à la richesse de ses éléments naturels, est l’existence d’environ quarante barrages sur son territoire

…dont l’un culmine à 115 mètres de hauteur (Castelo de Bode)… Avec la puissance du courant, les barrages entraînent d’énormes turbines qui produisent en tournant de l’électricité. L’absence de centrales nucléaires domestiques au Portugal est donc largement compensée par l’essor de ses nombreuses installations hydrauliques et éoliennes.

De plus, des conditions météorologiques exceptionnelles ont également été favorables…

…cet hiver au fonctionnement du barrage Castelo de Bode. Même si l’intermittence des énergies renouvelables ne garantie pas par définition un approvisionnement certain et sans rupture, il n’en demeure pas moins que ce temps d’avance du Portugal mérite d’être souligné. Malheureusement, l’excédent d’énergie récemment observé, qui a permis au MWh de passer de 43,93 euros en mars 2017 à 39,75 euros en mars 2018, aurait dû idéalement être stocké ou redistribué, ce qui n’a pas été forcément le cas. Au cours de la journée du 11 mars dernier en particulier, un pic a été mesuré, caractérisé par une production couvrant les besoins journaliers à hauteur de 143%, avec une utilisation partielle du surplus…

C’est là le talon d’Achille que le Portugal aura probablement à travailler, notamment du fait du nombre insuffisant d’interconnexions au sud de l’Europe, créant à ce jour un relatif isolement énergétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.