ActualitésComprendre les enjeuxCOP21Débats publics

Pétition pour le climat : un pas de plus vers la transition énergétique ?

La pétition pour le climat ou “L’Affaire du siècle” aura fait couler beaucoup d’encre depuis fin 2018. Elle a battu des records historiques de signatures, en soutenant le recours contre l’Etat français, accusé d’inaction climatique. Mais comment une initiative aussi spontanée va-t-elle faire bouger les lignes ? Ce sursaut de conscience écologique est-il révélateur d’une tendance de fond ?

A l’origine de la pétition pour le climat : 4 ONG

Avec en toile de fond les gilets jaunes, la pétition pour le climat a atteint rapidement 2 millions de signatures. Portée initialement par quatre associations (Greenpeace, Oxfam, la Fondation pour la Nature et l’Homme et l’association Notre affaire à tous), la pétition s’est ensuite répandue comme une traînée de poudre. Elle a été naturellement relayée par des personnalités médiatisées et les réseaux sociaux. Ainsi, le collectif de youtubeurs “On est prêt !” et le mouvement “Il est encore temps” ont rejoint la démarche.

Des doléances dans la pétition pour le climat

Les signataires réclament une plus grande justice écologique car ils estiment que l’inaction climatique est une faute. En résumé, les requêtes portent sur deux parties :
– La réparation des préjudices subis tels que : la diminution de la biodiversité, le réchauffement climatique, une moindre qualité de l’air, la pollution des nappes phréatiques…
– La mise en œuvre immédiate du plan d’actions pour atteindre les objectifs fixés par les accords de Paris : baisse des GES, développement des EnR…

Pétition pour le climat : chance ou menace ?

Avec cette pétition, l’arme du droit a été utilisée, mettant le gouvernement dans une position délicate. C’est à ce titre que le pouvoir exécutif a été quelque peu affaibli par cette affaire, du fait de la “carence fautive” qui lui est reprochée. Afin d’obtenir des réponses concrètes et rapides, les demandeurs exigent, selon la procédure, une réponse sous mois. Le gouvernement devra donc réagir dans le délai imparti pour organiser une concertation constructive et éviter ainsi le passage au tribunal.
Sur le plan environnemental, la prise de conscience collective démontre la volonté partagée de la société civile d’aller plus en profondeur. Cela devrait aller dans le sens de la Transition Energétique.

About Author

Ségolène est rédactrice web sur L’Energie en Questions. Avec une expérience de plus de quinze ans dans le secteur informatique, Ségolène a occupé successivement les postes de chargée de suivi commercial, contrôleur de gestion, contrôleur interne et enfin business analyst au sein du département Marketing. Des métiers qui lui m’ont permis d’être à l’aise avec les chiffres, de faire preuve d’esprit de synthèse et de pédagogie. L’écriture a toujours été présente en fil rouge dans ses missions quotidiennes, pour vulgariser les concepts et transmettre les messages aux bonnes personnes, au bon moment.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer