Comprendre les enjeuxDébats publics

Peut-on encore envisager des vacances énergétiquement sobres ?

A l’heure de la transition écologique, doit-on forcément envisager des vacances ennuyeuses pour respecter un niveau de dépenses énergétiques raisonnable ? S’agit-il de renoncer à partir loin et de moins profiter sur place pour être un bon citoyen du monde ? Tour d’horizon des 5 conseils à suivre pour des vacances sobres sur le plan énergétique, sans culpabiliser ni (trop) se priver.

1- Choix de la destination de vacances

Avez-vous analysé vos attentes et cartographié les endroits du territoire (ou du globe !) susceptible d’y répondre ? Du soleil, de la détente et de beaux paysages ne sont pas réservés à certains points éloignés à l’autre bout de la planète. L’avion n’est donc pas incontournable et sur le plan budgétaire peut s’avérer onéreux pour une famille. Quant aux paquebots de croisière, il faut garder en tête les pollutions maritime et atmosphérique qu’ils occasionnent. En comparaison, le train et le covoiturage sont des moyens de transport assez vertueux.

2- Déplacements sur place

Les options de mobilité pour visiter sont à étudier pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Les vélos peuvent ajouter une activité sportive à votre séjour et améliorer la découverte de votre lieu de vacances. En milieu urbain, les transports en commun offrent des facilités de circulation assez compétitives et moins polluantes.

3- Modes de vie sur le lieu de vacances

En été, la lumière naturelle permet de profiter longtemps des journées sans recourir à un éclairage artificiel. De même, de bons réflexes tels que la douche à une juste température contribuent à éviter une déperdition d’énergie, par le chauffage sanitaire. Enfin, la climatisation est souvent proposée dans les complexes hôteliers pour satisfaire une clientèle exigeante. Néanmoins, il est possible de la désactiver en cas d’absence prolongée ou d’ajuster le thermostat pour un moindre impact énergétique.

4- Alimentation en vacances

Une préférence pour les produits alimentaires frais et locaux permet d’allier le circuit-court et un soutien à l’économie régionale. La priorité aux aliments non carnés est aussi une façon de ne pas entretenir à tous prix la filière de la viande.

5- Souvenirs de vacances et objets locaux

Sachez faire la différence entre les articles vraiment artisanaux et ceux importés de Chine qui ont intrinsèquement une lourde empreinte écologique, du fait de leur fabrication souvent peu responsable et de leur mode d’acheminement (bateau, avion…).

About Author

Ségolène est rédactrice web sur L’Energie en Questions. Avec une expérience de plus de quinze ans dans le secteur informatique, Ségolène a occupé successivement les postes de chargée de suivi commercial, contrôleur de gestion, contrôleur interne et enfin business analyst au sein du département Marketing. Des métiers qui lui m’ont permis d’être à l’aise avec les chiffres, de faire preuve d’esprit de synthèse et de pédagogie. L’écriture a toujours été présente en fil rouge dans ses missions quotidiennes, pour vulgariser les concepts et transmettre les messages aux bonnes personnes, au bon moment.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer