Energies fossilesFact checkingPétrole

Quelle est la responsabilité de l’automobile dans les émissions de CO2 ?

Il est certain qu’avec 39,3 millions de véhicules en circulation en France (chiffre 2017), l’impact sur l’atmosphère n’est forcément pas neutre… Pour autant, avec le lancement de nouveaux modèles par l’industrie automobile pour remplacer les anciens véhicules polluants et la percée des véhicules électriques, les automobiles seront théoriquement de moins en moins pointés du doigt. Pour preuve : entre 1996 et 2016, les émissions moyennes de CO2 d’un véhicule neuf sont passées de 176 à 110 g/km. Alors quelle est la part de l’automobile dans les émissions de CO2 ?

L’automobile représente 56% des GES du transport

Cet hiver plusieurs grandes villes françaises (Lille, Lyon et Paris) ont connu des épisodes de pollution au CO2 qui, combinés à une météo défavorable, ont dégradé la qualité de l’air ambiant. De plus, 2017 a connu un fait marquant : c’est la première hausse des émissions de CO2 enregistrée depuis 1996 sur les véhicules neufs, à cause d’une hausse des ventes dans la catégorie essence. Il ne faut pas non plus oublier les autres particules nocives dont la voiture diesel est responsable cette fois-ci sur le plan de la santé : les particules fines et les oxydes d’azote.

L’automobile se réinvente mais gare aux choix des propriétaires !

Des pratiques disruptives liées à une nouvelle conception de la mobilité urbaine nous prouvent que le 100% voiture ne prédomine plus : chauffeurs Uber, covoiturage, trottinettes électriques… Les voitures électriques, quant à elles, se démocratisent mais on en dénombre encore que 130 000 en France à ce jour. En outre, l’évolution du parc automobile est un élément à considérer. Elle s’étudie en taux de progression numérique mais aussi en typologie d’automobile. Ce n’est pas tant le fait d’utiliser son véhicule qui est nocif, que la démarche non écologique liée à l’acte d’achat : importation, puissance et taille du véhicule (ex : option SUV).

Il existe d’autres complices perturbant la Transition Energétique…

La voiture, en tant que bien possédé par des particuliers, fait partie des pollueurs bien connus. Néanmoins, d’autres secteurs économiques ne sont pas en reste : le bâtiment, l’aviation, les autres moyens de transport terrestres (dont poids lourds et cars) et l’industrie.

L’automobile est une composante significative de la chaîne à l’origine des GES. Elle n’est cependant pas seule à y contribuer. Les consomm’acteurs ont aussi leur rôle à jouer en faisant les bons choix dans leurs projets de mobilité.

À propos de l'auteur

Ségolène est rédactrice web sur L’Energie en Questions. Avec une expérience de plus de quinze ans dans le secteur informatique, Ségolène a occupé successivement les postes de chargée de suivi commercial, contrôleur de gestion, contrôleur interne et enfin business analyst au sein du département Marketing. Des métiers qui lui m’ont permis d’être à l’aise avec les chiffres, de faire preuve d’esprit de synthèse et de pédagogie. L’écriture a toujours été présente en fil rouge dans ses missions quotidiennes, pour vulgariser les concepts et transmettre les messages aux bonnes personnes, au bon moment.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer