énergie

renouvelables-jpg

Les règles juridiques françaises qui entourent les énergies renouvelables sont nombreuses et complexes. Eclairage de Stéphanie Gandet, avocat associé au Barreau de Lyon, spécialiste en droit de l’environnement chez Green Law avocats. En matière de nouvelles installations énergétiques (photovoltaïque, éolienne), quelle est la tendance générale que vous avez pu constater en France ? La tendance actuelle en France est ambivalente. Un phénomène de concentration des acteurs peut être constaté, en particulier dans la

solaire-jpg

La croissance de l’énergie solaire mondiale ne fait plus de doute. L’Europe et la Chine tiennent la place de leaders avec des capacités de production qui ne cessent de grimper (400 GW de capacités solaires totales attendues dans le monde en 2018 pour tendre vers 700 GW en 2021). En France, depuis 2010, la baisse des coûts de production, les aides au financement et la hausse du coût de l’électricité

transition-energetique-jpg

La Transition énergétique, entre intentions politiques et réalités sur le terrain : l’éclairage de Patrice Geoffron, directeur du Centre de Géopolitique de l’Energie et des Matières Premières. Où en est la France dans son processus de transition énergétique (ambition des programmes, résultats intermédiaires, maturité des acteurs et usagers…) ? La France a défini, avec la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte un cadre très ambitieux (au-delà du « facteur

economies-electricite-jpg

Des petits gestes quotidiens peuvent contribuer à la réalisation d’économies annuelles d’électricité réelles et mesurables. Faisons le point sur le prix des petits équipements nécessaires par rapport aux gains attendus, en supprimant définitivement la consommation énergétique cachée (qui se chiffre à 11% de la facture d’électricité des français), c’est à dire celle induite par une mise en veille ou des branchements en continu, par définition inutiles et énergivores. Plusieurs solutions