ActualitésDébats publicsEnergies renouvelables

Tokenisation et énergie : quels sont les enjeux ?

La tokenisation consiste à fournir à un utilisateur une clé ou un boîtier crypté qui sécurise les données qu’il contient. Virtuel en apparence, ce processus prend de l’ampleur dans le secteur des énergies vertes, même si leurs ressources (eau, vent, soleil…) sont bien réelles. Pourquoi les grands acteurs des EnR s’allient-ils à des partenaires dans le créneau hautement technologique de la tokenisation ? Qu’y a-t-il d’inspirant dans ce modèle initialement destiné aux crypto-monnaies ?

Tokenisation : un héritage tiré de la blockchain

La tokenisation correspond à une digitalisation des actifs qui peut revêtir plusieurs formes : currency token, security token et utility token. Avec ces différents supports (monétaire, sécuritaire ou utilitaire), chacun peut détenir une fraction d’un titre, d’un brevet ou d’un actif matériel. Les avantages d’une blockchain rendent les échanges instantanés et moins coûteux (du fait du nombre réduit d’intermédiaires de gestion). La technologie de cryptage est d’autant plus sûre que la probabilité de casser le code est égale à celle de gagner 9 fois à l’Euromillions de manière consécutive (autant dire infime !).

Tokenisation et énergie : des intérêts communs ?

Le marché des énergies renouvelables semble succomber aux charmes de la tokenisation. En effet, encore incertaines, les énergies vertes ne demandent qu’à attirer de nouveaux investisseurs en leur fournissant des garanties sur leur modèle économique. Concrètement, cela se matérialise par l’émission de jetons numériques, liés à une période, un type d’énergie et un tarif donnés. Ces tokens, assimilés à des certificats, attestent de l’authenticité de l’EnR par une traçabilité parfaite de son parcours. Ainsi, par ce processus, l’interconnexion entre utilisateurs et producteurs d’énergie renforce le climat de confiance entre les deux.

Grâce à la tokénisation, la demande d’énergie influe sur la production, qu’elle aura en amont financée.

About Author

Ségolène est rédactrice web sur L’Energie en Questions. Avec une expérience de plus de quinze ans dans le secteur informatique, Ségolène a occupé successivement les postes de chargée de suivi commercial, contrôleur de gestion, contrôleur interne et enfin business analyst au sein du département Marketing. Des métiers qui lui m’ont permis d’être à l’aise avec les chiffres, de faire preuve d’esprit de synthèse et de pédagogie. L’écriture a toujours été présente en fil rouge dans ses missions quotidiennes, pour vulgariser les concepts et transmettre les messages aux bonnes personnes, au bon moment.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer