TURPE 5 : pas de panique, on vous explique !

turpe-jpg

Pas simple de décrypter une facture d’électricité d’un seul coup d’œil quand on n’est pas expert ! Le TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité) est une composante, peu maîtrisée par les usagers, qui s’apparente au coût d’acheminement. Sur la facture habituelle, figurent plusieurs rubriques telles que : l’abonnement, les consommations, les taxes et contributions d’électricité et la TVA.

Assez discret sur le papier (car réparti entre le prix associé à la puissance énergétique souscrite et la contribution tarifaire d’acheminement), le TURPE est néanmoins bien réel puisqu’il pèse 46% dans la facture d’électricité des ménages.

Le TURPE est établi tous les 4 ans par la Commission de Régulation de l’Énergie, avec une actualisation annuelle.

Les principes du TURPE :

  • Standardisé sur le plan national (système de péréquation tarifaire ou solidarité territoriale),
  • Identique quel que soit le lieu de consommation (solidarité individuelle),
  • Fluctuant en fonction des heures et mois de l’année (euro-saisonnalité),
  • Variable en fonction de la puissance souscrite au contrat et de l’énergie consommée.

Qu’est ce qui a changé dans le TURPE 5 par rapport au TURPE 4 ?

Malgré une hausse annoncée de +2.71% de la facture moyenne, la nouvelle version du TURPE présente des avantages par rapport à son prédécesseur :

  • Intégration des données historiques compilant les aléas climatiques depuis 10 ans,
  • Accompagnement dans l‘autoconsommation et dans la production d’électricité décentralisée,
  • Rationalisation de la grille tarifaire,
  • Incitation à l’adaptation de la consommation par des tarifs attractifs (moins chers en période peu prisée) ou dissuasifs (plus chers en période de surchauffe).

La facture d’électricité étant généralement peu maîtrisée dans les détails, son allègement potentiel passe par une optimisation du TURPE. Deux dimensions prises en compte dans le TURPE constituent des leviers d’économies à explorer : la suppression des dépassements coûteux (par la souscription de la puissance adéquate) et le choix du soutirage (avec des créneaux alignés sur les moments de consommation). Le TURPE peut donc être une opportunité pour ceux qui prendront le temps de s’y pencher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *