ActualitésCombien ça coûte ?

Vélo : son usage pour des déplacements réguliers est-il rentable ?

Les déplacements à vélo ont pris une telle ampleur en ville que les cyclistes envahissent les pistes dédiées. Ce phénomène s’observe que les cyclistes soient propriétaires ou locataires éphémères de leur engin. Ce regain du deux-roues s’explique tout d’abord par une prise de conscience des émissions de CO2. De plus, l’activité sportive associée et les économies induites favorisent sa progression en milieu urbain. Mais est-ce financièrement intéressant de rouler à vélo par rapport à un autre mode de transport ?

Acheter un vélo nécessite aussi des équipements adaptés

L’acquisition d’un vélo coûte en moyenne 300 euros (neuf ou occasion). A ces frais initiaux, viendront s’ajouter le casque (70 euros) et la protection de pluie (30 euros). Enfin pour l’entretien annuel, il faudra compter sur un budget de 340 euros pour les pneus, patins de frein, chaîne et phares.

Le vélo en libre-service permet une utilisation flexible

La facturation horaire (1 euro par heure en moyenne) permet au cycliste occasionnel de ne profiter que des avantages (coût réduit à l’usage, liberté…). En effet, il s’affranchira des inconvénients d’être propriétaire de son deux-roues : investissement, vol, détérioration, maintenance périodique…

Rentabilité des déplacements à vélo : à étudier dans le temps

Si l’usage du vélo s’envisage sur 5 ans, la rentabilité se calculera en comparant le coût annuel (420 euros) à un abonnement aux transports en commun. Celui-ci s’élève en moyenne à 70 euros par mois selon les villes. Si l’on étudie ce modèle économique au coût de possession d’une voiture au-delà de l’achat (entretien, assurance et carburant), le deux-roues en ressort également vainqueur toutes catégories.

La rentabilité du vélo se considère donc en fonction de sa fréquence d’utilisation. Certains trajets quotidiens domicile-travail ne sont pas faisables à vélo (car trop longs ou trop risqués). Ainsi, la cohabitation avec la voiture perdure encore majoritairement. Compte tenu des enjeux, la véritable rentabilité ne se mesurerait-elle pas aux émissions de CO2 évitées pour la planète et non au simple impact sur le porte-monnaie ?

About Author

Ségolène est rédactrice web sur L’Energie en Questions. Avec une expérience de plus de quinze ans dans le secteur informatique, Ségolène a occupé successivement les postes de chargée de suivi commercial, contrôleur de gestion, contrôleur interne et enfin business analyst au sein du département Marketing. Des métiers qui lui m’ont permis d’être à l’aise avec les chiffres, de faire preuve d’esprit de synthèse et de pédagogie. L’écriture a toujours été présente en fil rouge dans ses missions quotidiennes, pour vulgariser les concepts et transmettre les messages aux bonnes personnes, au bon moment.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer