Débats publicsRéseaux et Stockage

Voiture sans chauffeur : est-on prêt en France ?

Les voitures sans chauffeur ou autonomes ont le vent en poupe. Le récent mondial de l’automobile les a mis aussi en avant, avec une présentation de nouveaux modèles par les grands constructeurs automobiles français. Ces changements de paradigmes ne sont pas neutres : que deviendra-t-on, en tant que conducteur-acteur, habitué au maniement du volant et des pédales ? Comment se déroulera le trajet si chacun est relégué au simple rang d’opérateur d’une voiture sans chauffeur ?

La voiture sans chauffeur est technologiquement prête

La société Valeo (équipementier automobile) a démontré sa capacité à relever le défi de la voiture sans chauffeur. Loin de vouloir prendre la place de ses principaux clients sur ce marché, elle a fait preuve d’une innovation aboutie avec son modèle Drive 4U. Celui-ci lui servira à avancer dans ses projets en synergie avec les leaders de l’automobile. Ses détecteurs puissants de distances et d’obstacles sont remarquables pour sécuriser et anticiper le trajet. Les essais ont déjà été probants en ville, avec la possibilité laissée au conducteur d’ajuster son allure ou sa trajectoire en cas d’imprévu. La présence d’une personne physique n’est théoriquement pas requise pour son bon fonctionnement.

Mais la voiture sans chauffeur patine encore…

Suite à un accident survenu aux Etats-Unis et au manque de recul sur cette prouesse, la voiture sans chauffeur ou autonome n’avait fait jusqu’à présent que de timides apparitions (circuits, aéroports, centres de conventions…) au travers de prototypes. Cette forme de robot intelligent qui remplace l’Homme pour le déplacer, tout en lui épargnant stress et fatigue, présente pourtant un côté dérangeant. En effet, l’Homme perd la maîtrise de sa machine, qui ne peut pas avoir été paramétrée pour tous les cas de figures de la circulation routière.

En outre, la voiture sans chauffeur constitue un réel budget qui représente un frein pour une mise sur le marché rapide. On estime à ce jour le surcoût pour un niveau 4 d’autonomie (sur une échelle allant jusqu’à 5) à 21 000 euros.

L’heure est encore à la prudence pour la commercialisation des voitures sans chauffeur. Des bouleversements sont attendus dans nos modes de vie. Mais il faudra probablement du temps pour faire cohabiter les différents acteurs : autorités, citoyens et véhicules autonomes.

About Author

Ségolène est rédactrice web sur L’Energie en Questions. Avec une expérience de plus de quinze ans dans le secteur informatique, Ségolène a occupé successivement les postes de chargée de suivi commercial, contrôleur de gestion, contrôleur interne et enfin business analyst au sein du département Marketing. Des métiers qui lui m’ont permis d’être à l’aise avec les chiffres, de faire preuve d’esprit de synthèse et de pédagogie. L’écriture a toujours été présente en fil rouge dans ses missions quotidiennes, pour vulgariser les concepts et transmettre les messages aux bonnes personnes, au bon moment.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer