Energies renouvelablesRéseaux et StockageSolaireVie pratique

Voitures solaires : nouvelle lubie ou réel potentiel ?

Après les voitures électriques, sans chauffeur ou à hydrogène, une nouvelle technologie fait actuellement parler d’elle : le véhicule solaire. Alors que plusieurs modèles intègrent déjà une petite dose d’énergie solaire comme source d’électricité, la première voiture 100 % solaire pourrait être commercialisée dans les prochaines années. Mais à l’image de certaines alternatives aux véhicules thermiques, ces voitures sont-elles appelées à s’imposer ou relèvent-elles du simple gadget ?

Un projet breton de voiture 100 % solaire

Produire une voiture roulant à l’énergie solaire, c’est la nouvelle tendance de l’industrie automobile ! Tandis que quelques grands constructeurs commercialisent déjà des modèles équipés de panneaux solaires  pour faire marcher certains appareils électroniques, de plus petites structures travaillent sur des véhicules faisant des rayons du soleil leur principal carburant. Ils s’appellent Lightyear One, Sion, Hx2 ou encore Stella Era, et les plus avancés d’entre eux pourraient se retrouver sur nos routes dès 2020. Mais ces voitures ont-elles une chance d’être adoptées massivement par les consommateurs ?

Hx2, la voiture 100 % solaire développée par l’association bretonne Eco Solar Breizh (source : Facebook @ecosolarbreizh).

Encore au stade du développement, l’un des projets les plus ambitieux est breton. Conçu par l’association Eco Solar Breizh, Hx2 est une petite citadine biplace, recouverte par 6 m2 de panneaux solaires sur le toit et la carrosserie. D’après ses concepteurs, sa vitesse maximale devrait atteindre 50 km/h. Entièrement alimenté par les rayons du soleil, son moteur disposera d’une autonomie qui dépendra de l’ensoleillement local, soit entre 30 et 80 km par jour selon l’endroit. Il pourra se recharger à l’arrêt et, en cas de mauvais temps, être avantageusement complété par une batterie de secours pouvant offrir jusqu’à 600 km d’autonomie. Sa mise en circulation, plutôt à des fins d’auto-partage, n’est toutefois pas prévue avant 2022…

Les grands constructeurs sur les rangs

Autre véhicule 100 % solaire, Stella Era ressemble plus à un ovni roulant qu’à une voiture. Mais avec ses 5 m2 de panneaux photovoltaïques sur le toit, ce prototype ultra-léger serait capable de transporter quatre personnes sur 1 200 km rien que grâce aux rayons du soleil. Conçu par des étudiants de l’université d’Eindhoven, le véhicule ne se contente pas de se déplacer : il sert aussi de borne de recharge mobile pour d’autres voitures. Mais le 100 % solaire se décline aussi en camping-car. Le modèle e-Home de la marque allemande Dethleffs promet 150 km d’autonomie fournis exclusivement grâce à l’énergie solaire. Avec 31 m2 de panneaux solaires sur son habitacle et son toit, ce mobile-home peut rouler jusqu’à 90 km/h, selon son fabricant. Le premier modèle devrait être commercialisé en 2024 à un prix qui n’a, en revanche, pas été communiqué…

Stella Era, le prototype développé par les étudiants de l’université d’Eindhoven (Pays-Bas) (source : Facebook  @SolarTeamEindhoven).

En marge de ces véhicules fonctionnant uniquement grâce au soleil, plusieurs constructeurs intègrent déjà partiellement l’énergie solaire dans leurs moteurs. Toyota commercialise ainsi la Prius Solar et son toit solaire, dont le dernier modèle offre jusqu’à 5 km d’autonomie supplémentaire par jour. Et bientôt 45 km, à en croire le groupe japonais. Comme lui, le Sud-Coréen Hyundai devrait également proposer d’ici la fin d’année un modèle hybride incluant des panneaux solaires sur son toit. Sans oublier l’Américain Tesla, qui propose quant à lui de recharger ses voitures grâce à l’énergie emmagasinée par les tuiles solaires du toit de la maison.

Une technologie encore à ses débuts commerciaux

En matière de voiture solaire, l’un des projets les plus prometteurs est porté par la start-up néerlandaise Lightyear. Lightyear One, son modèle hybride, permet de récupérer 36 km d’autonomie par jour en moyenne l’été (contre 8 km l’hiver) grâce aux rayons du soleil. Avec sa batterie raccordable au réseau électrique, cela porte à 725 km son autonomie totale. Seul hic : ses premiers exemplaires, livrés en 2021, sont vendus au prix de 149 000 euros… Rien à voir avec le monospace Sion de la start-up allemande Sono Motors, qui s’affiche à 25 500 euros. Avec 35 à 45 km d’autonomie solaire, ce modèle ne peut cependant parcourir que 250 km par charge. Les premiers véhicules doivent être commercialisés courant 2020.

Quel que soit le modèle, l’apport de l’énergie solaire se révèle donc encore relativement limité dans l’immédiat. Mais avec une concurrence mondiale qui s’intensifie, les progrès technologiques à venir pourraient faire de cette ressource un atout performant sur le marché automobile. Et avec l’avènement annoncé des voitures électriques ‒ combiné à la hausse des carburants thermiques, il y a fort à parier que la voiture de demain accordera au moins une petite place au solaire…

À propos de l'auteur

Camille Vandendriessche est rédacteur en chef et directeur de publication sur L’Energie en Questions. Journaliste indépendant dans la presse sportive, il écrit également depuis plus de trois ans sur la thématique de l’énergie. Diplômé d’écoles de journalisme en France et aux États-Unis, il décrypte l’actualité à travers des articles d’analyse et des sujets aux angles originaux.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer